MonPPAB

Programme Participatif d'Amélioration des Bidonvilles

Un programme d'ONU-HABITAT en Coopération avec la Commission Européenne et le Secrétariat du Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Lire la suite

Réalisations

Jusqu’à présent, le Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles a atteint les résultats suivants:

 

  • Développer une conscience sur les questions du développement urbain aux niveaux sous-régionaux, nationaux et locaux.
  • Intégrer les questions urbaines dans les stratégies de réduction de la pauvreté, le Cadre d’Aide au Développement des Nations Unies, l’Indice sur le Genre de l’Afrique et autres outils de gestion de développement.
  • Identifier les défis urbains, auxquels font face les habitants des bidonvilles, et les solutions tangibles correspondantes.
  • Identifier les projets prioritaires et développer des concepts de projets pour l’étape de mise en œuvre dans les pays en phase un et deux.
  • Acquérir le retour d'information de la part des délégations des pays en phase un et deux.

Leçons Apprises


Les leçons tirées du processus de mise en œuvre jusqu'à présent sont:

 

  • Le processus du Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles n’est pas une fin en soi de la pauvreté urbaine, mais une contribution importante, et un processus qui doit être complété par d’autres programmes de réduction de la pauvreté.
  • Le profil urbain est utile lorsqu’on analyse la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques. L’évaluation des besoins soutient le développement des solutions par le biais de la gouvernance, des institutions et de service.
  • Il est important de ne pas adopter la même approche pour tout, lorsqu’on essaie de trouver des solutions au défi de la pauvreté urbaine, et chercher des solutions « sur mesure » qui répondront aux besoins des différents pays.
  • L’approche du Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles vise au-delà des projets de démonstration, ou du travail sur le terrain. L'approche vise un changement de conception, de conscience de l’existence de bidonvilles et de la pauvreté urbaine, ainsi que le besoin de définir un meilleur environnement institutionnel pour des politiques, des stratégies et des interventions pro pauvres.
  • Renforcer le dialogue entre les acteurs est un pré-requis à la réelle mise en œuvre des programmes.
  • Une expertise externe peut contribuer à informer les processus nationaux et régionaux, aussi bien qu’à échanger des idées.
  • L’engagement des acteurs régionaux, nationaux et locaux vis-à-vis de ce processus, est essentiel avant l’initiation d’un programme, dans un pays.

 

Repliquer L'Approche


Un certain nombre de pays ayant intégré les concepts de renforcement de capacités, en tant que partie intégrante d’une planification urbaine durable, ont répliqué l’approche du Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles. Les pays comme ’Irak, l’Afghanistan, le Libéria, le Soudan, la République Centrafricaine, l’Egypte, le Soudan et l’Equateur ont adopté et ont, d’une manière indépendante,  mis en œuvre l’approche du Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles. De même, les Samoa, Vanuatu et Kiribati mettent actuellement en œuvre cette approche d’une manière indépendante. Les villes d’Eldoret et de Nakuru, au Kenya, entreprennent aussi des initiatives de reproduction. De tels efforts sont complémentaires du travail déjà entrepris dans la ville de Nairobi, et les villes de Kisumu et Mavoko.

Connexion